Impôt sur la fortune immobilière (IFI) : Est-ce plus rentable que son ancêtre l’ISF ?

IFI

L’IFI, qu’est ce que c’est ?

Depuis le 1er janvier 2018, l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) a été supprimé et un nouvel impôt, l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) a été créé. L’IFI concerne les personnes détenant un patrimoine immobilier net supérieur à 1,3 million d’euros.

 

La part de la population redevable :
En 2018, c’est 132 722 contribuables qui ont dû régler cet impôt contre 358 000 contribuables pour la dernière année où l’ISF était de rigueur. 46% des revenus de l’état dus à cette taxe proviennent des 10% des contribuables les plus riches. Autrement dit, 10% des contribuables a l’IFI financent 46% des recettes. D’un autre côté, les contribuables dont le patrimoine est de moins de 1,6M d’euros ne représentent que 7% des recettes. On y retrouve bien une certaine logique pour un impôt destiné à être progressif.

 

Un impôt plus équitable ?

On découvre également que les personnes redevables à l’IFI gagnent mieux leur vie que les redevables à l’ancien ISF. Le revenu fiscal de référence se situe autour de 234 000€ par an actuellement contre 165 000€ la dernière année, de quoi ravire les plus petits investisseurs.

 

Bilan

L’IFI a bel et bien l’air de remplir le rôle qui lui a été attribué, en limitant les réductions d’impôts du côté des PME ou en diminuant l’impact des dons concernant les réductions d’impôts, le tout, permettant d’apporter des capitaux importants à l’état. Cependant, cet impôt ne risque t’il pas de faire “fuire” les plus grosses fortunes de France ?