Immobilier et Finance : Les raisons du succès français

france

Une nouvelle étude révèle que le marché immobilier parisien est le deuxième plus attractif d’Europe pour les investissements immobiliers. L’étude, réalisée par l’agence immobilière Knight Frank, a examiné les villes les plus attrayantes du monde en matière d’investissements immobiliers parmi les particuliers fortunés (ceux dont le ménage a une fortune supérieure à 24,2 millions d’euros).

Un coût du crédit particulièrement faible

Depuis plus d’un an, les taux hypothécaires en France ont atteint des niveaux historiquement bas et avec la restauration de la confiance des marchés après les élections présidentielle de 2017. Ils ne devraient pas augmenter dans un avenir proche. Historiquement, le début de l’été est le moment le plus propice pour les acheteurs britanniques qui se lancent dans des visites d’observation de biens immobiliers en France. Les prêts hypothécaires secs (c’est à dire sans nantissement) avec une quotité de financement élevée (80 à 85%) que les britanniques peuvent obtenir peuvent être fixés à 2,70% sur une période de 20 ans. Des taux plus bas sont disponibles pour des durées plus courtes ou si un investissement est fait avec le prêteur (nantissement).

Des prix en perpétuelle hausse dans la capitale

Les acheteurs parisiens font face à des prix plus hauts que jamais, avec des propriétés évaluées à plus de 9 000 euros en moyenne au mètre carré, révèle un nouveau rapport réalisé par SeLoger. Le baromètre indiquait que les prix avaient augmenté surtout dans le 18ème arrondissement de la ville, rue des Abbesses et Boulevard Ornano, dans le 6ème rue Assas et Boulevard Raspail et dans le 4ème rue Rue des Archives et Place des Vosges. Selon l’industrie, les ventes ont augmenté de 7% en seulement un an à Paris.

Et un marché parisien qui ne risque pas de s’essouffler

Paris va accueillir les Jeux olympiques de 2024 et le marché de l’immobilier s’en trouve d’autant plus “sécurisé”. De nombreux habitants ont des raisons d’être heureux, leur potentiel de revenus provenant de la location à court terme a monté en flèche. Une vague de tweets à la suite de l’annonce des prix prédit jusqu’à 20 fois les taux actuels: 5 000 € par semaine pour un appartement de 70 m2 dans la banlieue de Meudon, ou 10 000 € pour une place rue Saint Honoré dans le 1er arrondissement.

Qu’en est-il de l’investissement locatif en France ?

Certains investisseurs choisissent l’investissement le plus sûr afin de ne pas se retrouver sans locataires, d’autres visent la meilleure rentabilité possible malgré un risque plus élevé. Cependant, est-il possible d’optimiser encore plus les facteurs rentabilité et sécurité ? Et bien nous vous dirons OUI. Pour cela, il est nécessaire de répertorier les villes où l’on peut observer des pénuries de logements, mais aussi, être sûr que cette tendance ne risque pas de s’inverser dans les années à venir. Voici quelques indices pour aider à se décider :

Les 10 villes françaises avec les taux de vacance les plus faibles (selon Le Figaro)

Les Alpes … Est-ce vraiment une valeur sûre ?

Alors que de plus en plus de Français et de Suisses optent pour des investissements immobiliers de luxe dans une station de ski, les villages alpins, conscients des nouvelles exigences de ces nouveaux acheteurs, doivent redoubler d’efforts pour attirer une clientèle plus sélective. En effet, l’attrait des montagnes n’a jamais été aussi fort. Animé par la génération des “baby-boomers” passionnés de ski alpin, le goût des sommets plus élevés n’a cessé de croître avec les générations qui ont suivi, à tel point que le nombre de touristes et d’acheteurs potentiels s’est fortement accru depuis le début du mois. En constante augmentation depuis les années 2000, on semble avoir atteint l’apogée entre 2008 et 2009, avec pas moins de 80 millions de visiteurs enregistrés dans les Alpes françaises et suisses. Malgré cela, BFM nous expose une chute de 13% de la fréquentation des stations de ski depuis les 10 dernières années. La France manquerait de moyens pour financer ses stations, contrairement à l’Autriche qui lui vole la vedette en europe en injectant des sommes d’argent considérables afin de maintenir une surface skiable importante. Cependant, cela impact uniquement les classes moyennes, les personnes les plus fortunées ne subissent pas d’effet négatifs.

Des prix qui atteignent des sommets

Avec un prix moyen de 25 500 € / m², Courchevel 1850 affiche les prix les plus élevés du marché de l’immobilier de luxe alpin en France. Val d’Isère n’est pas loin avec un prix moyen au m² de 19 000 € tandis que Méribel, Courchevel 1550 et Courchevel 1650 ont enregistré des prix moyens équivalents au m² de 16 000 € / m2.

France et Suisse : qui est la grande gagnante ?

Proche de Genève, Megève est particulièrement appréciée des Suisses cherchant à acheter. L’introduction d’un quota de 20% sur les résidences secondaires a contribué au regain d’intérêt des stations françaises voisines comme Megève parmi les Suisses. Les prix à Val d’Isère et à Chamonix ont augmenté respectivement de 3% et de 2,3%. Dans l’ensemble, les prix des biens immobiliers suisses ont chuté, même si ceux qui étaient négatifs en 2017 comme Villars ont augmenté de + 6% en 2018. C’est notamment dû aux restrictions imposées aux acheteurs étrangers mais aussi par la rigidité des prix, qui contribue au ralentissement des ventes.

alpes
Pour la France, et bien…

Tous les voyants sont au vert ! Après une chute jusqu’en 2011 justifiée par une crise économique douloureuse, on découvre que la perte de confiance pour ce marché ne fut que brève et passagère. Du côté des investisseurs étrangers, ils sont toujours biens présents en France… cependant le trouble causé par les négociations à propos du Brexit bloque de façon conséquente les capitaux en provenance du Royaume-Uni, une population britannique première sur le podium des acheteurs non-résidents en immobilier. Du côté français, l’immobilier devrait continuer sa croissance en 2019 avec une fiscalité encore plus propice à l’investissement (diminution des taxes d’habitation prévue).